Frédérique Ries







Dans les produits de l’éco-conception, tout est bon

03/22/2017

Hier après-midi, le Vice-Président de la Commission en charge de l’investissement et de la compétitivité, Jyrki Katainen, avait donné rendez-vous aux députés de la commission environnement pour échanger sur le nouveau plan d’action 2016-2019 sur l’éco-conception.

Un concept écologique qui a pour objectif de réduire les incidences négatives sur l’environnement tout au long du cycle de vie du produit. Les produits de l’UE concernés sont ceux qui utilisent de l’énergie (appareils de chauffage et de refroidissement, différents types de lampes, ordinateurs, appareils ménagers, …).

Mais cela va bien au-delà de l’efficacité énergétique. Un plan d’éco-conception bien pensé couvre toute la chaîne de vie de l’appareil, sa phase de réutilisation, mais aussi la possibilité de le réparer, de le recycler, etc. C’est donc un élément essentiel du programme de l’UE en faveur d’une économie circulaire.

Pourquoi une approche nouvelle ?

Le 30 novembre 2016, profitant du «paquet hiver» de l’Union de l’énergie, la Commission a publié un nouveau plan de travail sur l’éco-conception.

– Un bon moyen de se mettre au diapason des objectifs en matière de climat convenus en décembre 2015 à la COP21 à Paris.

– Selon les estimations, ce dispositif et l’étiquetage énergétique contribueraient pour moitié environ à la réalisation de l’objectif d’économie d’énergie de 20% pour 2020.

– Des chiffres très ambitieux sont avancés : cette politique générerait environ 55 milliards d’euros de revenus supplémentaires par an pour les secteurs de l’industrie, de la vente en gros et de la vente au détail, dont une partie pourrait se traduire par la création d’emplois directs, jusqu’à 800 000. À voir, mais cela vaut la peine d’essayer.

Pour la députée MR Frédérique Ries, 1er rapporteur pour le Parlement européen sur le sujet il y a 12 ans (Directive 2005/32/CE) : « Si l’Europe doit faire moins dans de nombreux domaines où sa plus-value est loin d’être évidente, elle doit faire plus et mieux dans une série de secteurs précis. Et l’Europe de l’énergie est certainement la nouvelle politique commune à construire dans les prochaines années. La capacité d’améliorer la performance énergétique des produits dès leur fabrication, doit être au cœur de cette politique ».

Pourtant, c’est loin d’être gagné : « pour l’instant l’éco-conception fait l’objet d’une procédure trop bureaucratique. Cela fait le jeu des populistes mais pas seulement, puisqu’au cours des dernières élections européennes de 2014, Jean-Claude Juncker et Frans Timmermans ont ridiculisé la directive dite « ecodesign ». C’est inquiétant venant de dirigeants européens de premier plan alors que c’est exactement l’inverse qu’il faut faire : passer à la vitesse supérieure pour réaliser d’importantes économies d’énergie, en moyenne 500 euros de diminution de la facture énergétique par an et par foyer ».

Liste complète des produits devant respecter les exigences en matière d’éco-conception ici

Contact :

Patrice Audibert
Assistant parlementaire de Frédérique Ries
02.284.75.49

 

Facebook

Twitter

Article1

Article2