Frédérique Ries







COP22 sur le climat : que faut-il en retenir ?

11/22/2016

La 22ème Conférence des Nations unies sur le climat (COP22) s’est terminée tard dans la nuit de vendredi à Marrakech. Au bilan, plusieurs vraies bonnes nouvelles pour une édition qui s’annonçait technique. Il s’agissait de définir les modalités pour mettre en place les grands principes de l’accord de Paris adopté en grandes pompes l’année dernière, et qui fixe comme objectif un réchauffement climatique contenu «bien en-dessous de 2 degrés Celsius».

Un calendrier avancé de deux ans

À Marrakech, les chefs d’État ont appelé à « un engagement politique maximal pour lutter contre le réchauffement climatique ». Pour montrer l’exemple, ils ont décidé d’avancer de 2020 à 2018 la date limite de finalisation de règles communes pour réaliser les objectifs fixés.

Les pays riches ont réitéré leur promesse de mobiliser 100 milliards de dollars par an d’ici 2020 pour aider les pays pauvres à faire face aux conséquences du réchauffement climatique. Alors qu’il manquait cette année 80 millions d’euros au Fonds pour l’Adaptation, la Wallonie a fait figure de bonne élève en étant la toute première à répondre à la demande de financement, à hauteur de 3,25 millions d’euros. La Flandre a promis 6,25 millions d’euros, et Bruxelles devrait annoncer en décembre une participation de 2,5 millions.

Cette COP22 a également été l’occasion pour les États d’officialiser le lancement de dizaines d’initiatives dans les domaines de l’énergie, des transports, ou encore de l’agriculture.
frederique-ries-mariee-femme-politique-cop22-climat-parlement-europeen

L’Union européenne aux premières loges

Trois commissaires européens ont cette année mené les négociations au nom de l’UE, membre à part entière de la COP depuis 1992.

Une délégation de douze députés européens avait également fait le déplacement pour défendre l’ « esprit de Paris » et rappeler que l’Europe respectera ses engagements de réduction d’émissions de Co2. Un débat sur les conclusions de la COP22 se tiendra mercredi matin en séance plénière.

Le Parlement s’apprête également à voter, dans les semaines à venir, une réforme du marché du carbone en Europe et doit se pencher sur une nouvelle proposition législative concernant le changement d’utilisation des sols et les forêts.

Pour Frédérique Ries, députée européenne siégeant en commission de environnement, «l’un des plus grands défis sera de renforcer la confiance qui a permis à 197 pays du monde entier de se mettre d’accord sur une déclaration commune à Marrakech. L’avance de l’Europe sur ses propres objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre, et l’engagement significatif du premier pollueur mondial, la Chine, lors de cette COP sont deux signes très encourageant. »

Et d’ajouter : « La COP22 à Marrakech a été un succès et montre que la dynamique qui s’est enclenchée avec l’Accord de Paris reste vivace. Les dirigeants mondiaux ont appelé à un engagement politique maximal, il faut maintenant les prendre au mot et concrétiser ces promesses. Rendez-vous pris pour 2018 ! »

Lire sur facebook