Frédérique Ries







Arctique : l’Europe ne doit pas perdre le nord !

03/16/2017

Dossier éminemment géopolitique voté ce jeudi midi par le Parlement européen (483 pour, 100 contre) avec cette résolution sur « une politique arctique intégrée de l’Union européenne », politique donc mais pas seulement. La dimension environnementale est en effet omniprésente dans le texte, à juste titre, puisque le Pôle Nord se réchauffe environ deux fois plus vite que la moyenne mondiale et que la glace maritime a diminué d’environ 40% depuis 1981. Certains experts prédisent la disparition de la banquise dans les 100 ans à venir.

D’un autre côté, la présence accrue de forces russes dans l’Arctique et l’intérêt de la Chine pour l’accès aux nouvelles routes maritimes et aux ressources énergétiques ajoute à la tension dans la région.

Un dégel qui suscite des convoitises

– 13 millions de km 2 de superficie pour l’océan glacial Arctique

– l’Arctique recèlerait 13% des réserves mondiales de pétrole… et 30% de celles de gaz. En 2015, la Norvège a par exemple autorisé la prospection de 57 nouvelles zones, dont la majorité en mer de Barents. D’ailleurs ce ne sont pas les engagements pris en faveur de la transition énergétique lors de la COP 21 qui vont décourager les compagnies pétrolières. Mais les énergies fossiles ne sont pas seules à aiguiser les appétits, puisque les sols en Arctique seraient riches de 12 à 25% des réserves mondiales de terres rares (métaux précieux pour les technologies de pointe).

frederique-ries-mariee-femme-politique-parlement-europeen-arctique-ecosysteme-unique-protection-faunePour les députés européens, la priorité politique reste bien d’anticiper les bouleversements écologiques à prévoir avec la fonte de la banquise. Ils ont souligné au cours du débat que toutes les eaux, y compris les eaux de l’Arctique, sont vulnérables au forage en mer de combustibles fossiles, et que d’une manière générale, l’utilisation de combustibles fossiles contribuera et accélérera les changements climatiques qui menacent notre planète.

Pour Frédérique Ries, députée européenne MR : « l’Arctique est un enjeu mondial qui suscite d’énormes convoitises. La fonte des glaces libère de nouvelles routes maritimes et suscite des querelles géopolitiques entre le Canada, la Russie et la Norvège, mais aussi le Groenland, territoire autonome au sein du Danemark. Vu ce contexte à haute tension, le message envoyé par les députés européens est le bon : l’Arctique doit rester une zone de faible tension pour préserver son écosystème vulnérable et il est impératif à terme de s’engager dans la voie d’une interdiction de l’extraction de pétrole et de gaz dans la région ».

Lire sur facebook

Contact :

Patrice Audibert
Assistant parlementaire de Frédérique Ries
02.284.75.49

 

Facebook

Twitter

Article1

Article2



Partagez !
Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on TumblrPin on PinterestShare on Reddit