Frédérique Ries







Arabie Saoudite : cinquième anniversaire dans le couloir de la mort pour le jeune Ali al-Nimr

01/18/2017

« Nous venons de rendre visite à Ali, nous l’avons trouvé comme nous le connaissons… Ses mots étaient plein d’amour, d’espoir et de gratitude. Son sourire ne l’a pas quitté. » Sur Twitter, la maman du jeune Ali al-Nimr partage avec ses soutiens les dernières nouvelles de celui qu’elle appelle « lumière de sa vie ».

Frédérique-ries-femme-politique-parlement-européen-ali-mohammed-al-nimr-Arabie-Saoudite-exécution-droit-de-l'hommeArrêté et condamné à mort à l’âge de 17 ans pour avoir manifesté contre le régime de Riyad, Ali a fêté il y a quelques jours son cinquième anniversaire en prison. Cinq longues années qui ne l’ont pas abattu. « Merci à tous ceux qui m’ont souhaité un bon anniversaire. Merci pour la joie que vous m’avez procurée. Merci de m’avoir souhaité une bonne année. J’ai eu l’impression que vous étiez avec moi, heureux, que nous chantions et que nous mangions du gâteau. Je vous remercie pour cette belle initiative pleine de générosité… »

Deux autres jeunes saoudiens, Dawood al-Marhoon et Abdullah al Zaher, attendent eux aussi d’être décapités et crucifiés en place publique pour le même « crime », commis alors qu’ils avaient 16 et 17 ans.

Pour la seconde année consécutive, l’Arabie Saoudite a exécuté en 2016 153 personnes, dont quatre enfants de moins de 18 ans. Ce niveau inégalé depuis vingt ans place la pétromonarchie du Golfe au troisième rang des pays pratiquant l’exécution capitale, derrière la Chine et l’Iran.

Le royaume saoudien avait procédé dès le 2 janvier 2016 à l’exécution de 47 personnes le même jour, provoquant une réaction immédiate de la Haute-Représentante pour les Affaires étrangères de l’Union européenne. Dans un entretien téléphonique avec le ministre saoudien des Affaires étrangères, Federica Mogherini avait réitéré l’opposition de l’UE à la peine de mort en toutes circonstances et avait exhorté les autorités saoudiennes à faire preuve de retenue et de responsabilité.

La rencontre interministérielle UE – Conseil de coopération du Golfe de juillet 2016 a également été l’occasion de faire pression sur Riyad. La députée européenne libérale Frédérique Ries a de nouveau demandé dans une lettre à la Haute-représentante la fin des exécutions de mineurs en Arabie Saoudite, qui reste sourde aux appels de la communauté internationale.

Pour Frédérique Ries « L’Arabie Saoudite persiste et signe dans ses exécutions atroces, y compris d’enfants. On ne pourra pas dire que l’on ne savait pas. 2017 doit être l’année où l’Union européenne redouble d’efforts pour combattre ces pratiques, y compris en prenant les mesures de rétorsion qui conviennent sur le terrain diplomatique comme économique. »

Voir l’article sur facebook

Contact :
Allan Sam
Assistant parlementaire de Frédérique Ries
02.284.75.49

 

Facebook

Twitter

Article1

Article2



Partagez !
Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on TumblrPin on PinterestShare on Reddit