Frédérique Ries







La 1ère cigarette est déjà une cigarette de trop…

05/27/2011

Quelques jours avant la journée mondiale sans tabac, l’UCL publiait une étude révélant les conséquences désastreuses du tabac chez les jeunes adolescents. Si l’on connaissait déjà le tabac comme première cause de décès, de maladie et d’incapacité évitable en Europe, l’étude des chercheurs de Louvain a prouvé pour la première fois que les destructions apportées aux poumons sont constatées au niveau cellulaire dès la première année de tabagisme et que des marqueurs de l’immunité naturelle sont attaqués par la fumée du tabac. Ces nouveaux éléments viennent bousculer l’idée généralement admise par les toxicologues selon laquelle le tabagisme n’aurait d’effet biologique qu’après une consommation de plusieurs années.

L’occasion pour Frédérique Ries d’interpeller la Commission européenne le 27 mai dernier et de rappeler une nouvelle fois l’urgence de réviser la directive 2001/37/CE visant les produits du tabac, annoncée seulement en 2012. En outre, Frédérique Ries a insisté sur l’importance de nouvelles mesures afin de réduire l’attrait et l’assuétude du tabac chez les plus jeunes consommateurs. Rappelant au passage que la meilleure façon de s’arrêter de fumer, c’est encore de ne pas commencer…

Étiquettes :