Frédérique Ries







Glyphosate, stop ou encore ?

03/04/2016

Journée consacrée au glyphosate hier au Parlement européen. Une substance pointée du doigt pour les risques sanitaires qu’il fait courir à la population. Après une conférence de presse co-organisée par Frédérique Ries ce matin au titre explicite: “l’Europe sans glyphosate? Pourquoi il ne faut pas renouveler l’autorisation de cette substance dangereuse”, une audition a réuni des experts de l’OMS, des institutions européennes, de l’industrie des pesticides et fertilisants et de la société civile pour débattre de l’extension ou non de son autorisation jusqu’en 2031.

Qu’est-ce que le glyphosate?

glyphosate-300x300Le glyphosate est un désherbant utilisé principalement dans l’agriculture mais aussi dans l’entretien des forêts et dans le cadre domestique. Cette molécule est dans le domaine public depuis 2000 et est l’herbicide le plus utilisé au monde. Le glyphosate est majoritairement utilisé sur les terres arables britanniques, et en Allemagne, il est employé sur 39 % des terres agricoles.

Il a été prouvé qu’il s’accumulait entre autres dans les eaux souterraines, les rivières et les lacs et que du sang humain et du lait de vache en contenaient des traces. Une étude menée dans 18 pays européens a trouvé des traces du produit dans l’urine de près de la moitié des personnes testées (55% pour la population belge selon une étude de Friends of the Earth publiée en juin 2013).

Pourquoi s’en préoccuper maintenant?

Sa licence d’utilisation au niveau européen expirant en juin 2016, la discussion bat son plein pour le renouvellement de son autorisation, alimentée par une controverse scientifique. L’Organisation mondiale de la santé (OMS), via son Centre international de recherche sur le cancer, a classé cette substance active comme “cancérogène probable” en mars 2015. De son côté, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) est arrivée en novembre 2015 à la conclusion inverse.

La Commission sans grande surprise suit l’avis de l’AESA qui dépend d’elle et propose donc une extension de la licence d’autorisation jusqu’en 2031.

Quelles alternatives?

Elles se trouvent certainement dans la promotion d’un modèle agricole moins intensif. Basé sur la rotation des cultures, la jachère, le désherbage mécanique par retournement des terres à la herse, il réduirait de facto de 15% l’utilisation du glyphosate.
Selon le président de l’Association des Jardiniers de France, d’autres alternatives existent tels que les désherbants biologiques, le BRF (bois raméal fragmenté), et le désherbage thermique (par eau chaude ou vaporisation).


Deux dates importantes

• les 7 et 8 mars prochains, on en saura un peu plus sur la volonté ou non de protéger les utilisateurs de ce produit puisque les experts des vingt-huit États membres se réunissent au sein du Comité PAFF (Plants, Animals, Food and Feed) pour se prononcer sur la question.

• le 20 juin prochain, les 28 Ministres de l’environnement auront le mot de la fin. Si l’avis des experts est négatif, alors on pourrait s’orienter vers une élimination progressive du glyphosate en Europe. En revanche si comme on peut le craindre, l’avis des experts est positif, il faudra que les Ministres de l’environnement les déjugent et posent un geste politique fort.

Pour Frédérique Ries: “le glyphosate et ses co-formulants sont non seulement classés “cancérogènes probables” par l’OMS mais également des substances toxiques pour la reproduction. Et lorsqu’on sait avec quelle désinvolture coupable la Commission européenne s’est occupée ces 10 dernières années du dossier des perturbateurs endocriniens, avec une condamnation à la clé de la Cour européenne de justice, les députés européens ont de bonnes raisons de rester vigilants”.

La députée libérale conclut d’ailleurs: “rien n’empêche la Commission européenne de suivre les conclusions de l’OMS sur le glyphosate, de s’orienter vers un phasing-out de cette substance et de mettre la pression sur les industriels pour qu’ils commercialisent des alternatives plus sûres pour se débarrasser des mauvaises herbes”.

2014-08-08-epa-considers-glyphosate-ban-cycle

Contact:

Patrice Audibert
Assistant parlementaire de Frédérique Ries
02.284.75.49