Frédérique Ries







Directive Tabac: un plus pour la prévention tabagique, un moins pour les utilisateurs de cigarettes électroniques

02/26/2014

Communiqué de presse
26 février 2014

C’est sans surprise que ce mercredi le Parlement européen a confirmé l’accord conclu par la délégation du Parlement européen et la Présidence du Conseil le 16 décembre dernier.

Frédérique Ries, rapporteur pour les libéraux européens, qui a participé à toutes les négociations s’est abstenue sur le vote final.

Elle se réjouit des avancées réelles pour rendre le tabac moins attractif, en particulier chez les jeunes et soutient toutes le mesures allant dans le sens d’un durcissement de la loi:

  • l’interdiction des arômes caractérisants dès 2016, même si les mentholées bénéficient d’un sursis jusqu’en 2020,
  • la restriction des ventes sur internet,
  • l’extension des mesures au tabac à chichas,
  • l’obligation d’apposer des avertissements sanitaires combinés sur 65% de la surface des paquets, ces deux dernières dispositions ayant été déposées par la Députée libérale elle-même.

Elle regrette en revanche le prisme strictement négatif qui est celui de la Commission et des Ministres quant à la cigarette électronique, et le traitement très sévère qui en découle: vente limitée en pharmacie pour les Etats Membres qui le souhaitent, restriction des recharges d’e-liquides à 2 ml, et possibilité donnée à la Commission d’interdire les rechargeables dans l’Union si trois Etats membres le décident.

Je n’accepte pas que jusqu’au bout, dans l’opacité coupable des trilogues, la Commission et le Conseil soient restés “sourds” aux attentes des 8 millions de vapoteurs européens. 8 millions de citoyens qui utilisent au quotidien un produit 100% moins nocif que la cigarette.

Mépris à l’égard des citoyens mais aussi des centaines de pneumologues et de chercheurs européens pour qui la cigarette électronique est un outil précieux dans la lutte contre le tabagisme.

Frédérique Ries souhaite créer dans les mois à venir un observatoire sur la cigarette électronique, via un panel indépendant composé de cancérologues, de pneumologues, de spécialistes en droit de la santé et de représentants de vapoteurs pour faire pression sur les pouvoirs publics qui en Belgique ont jusqu’ici décidé de compliquer la vie des vapoteurs.