Frédérique Ries







Communiqué de presse – Glyphosate: le Parlement européen demande à la Commission de revoir sa copie

04/14/2016

13 avril 2016, 14.00

Vote essentiel ce midi au Parlement européen sur l’autorisation de renouveler ou non le glyphosate. Une substance pointée du doigt pour les risques sanitaires qu’elle fait courir à la population. Là où l’OMS, via son Centre de recherche contre le cancer, classe le glyphosate comme probablement cancérogène, l’Agence européenne de sécurité alimentaire (AESA) considère qu’elle ne l’est probablement pas.

Il s’agit de l’herbicide le plus utilisé au monde, dans le domaine public depuis 2000, le glyphosate est un désherbant utilisé principalement dans l’agriculture mais aussi dans l’entretien des forêts et dans le cadre domestique.

La Commission européenne a fait preuve d’une totale partialité dans ce débat, car malgré la vive controverse scientifique actuelle entre l’OMS et l’AESA, elle a proposé une extension de la licence d’autorisation pour 15 ans, soit la durée maximale.

Le message envoyé aujourd’hui par les députés européens est clair: NON au renouvellement de l’autorisation du Glyphosate pour 15 ans et révision explicite de la liste des co-formulant à interdire.

Pour la députée MR Frédérique Ries, co-auteur de la résolution: ” Il ne s’agit en aucune façon d’interdire le glyphosate du jour au lendemain, mais bien de restreindre au maximum son usage là où c’est déjà possible dans les jardins publics, aux alentours des pleines de jeu et pour les particuliers. Évidemment qu’à moyen terme il faudra généraliser l’utilisation de pratiques agricoles moins intensives et moins polluantes”.

Pratiquement, le résultat est mitigé car il est demandé à la Commission de limiter strictement le renouvellement de l’autorisation du glyphosate à 7 ans (Frédérique Ries a voté contre cet amendement adopté par 294 contre 278). La Commission devra fournir également un calendrier plus acceptable pour une substance clairement problématique mais dont les alternatives en l’état actuel des choses ne sont pas toujours satisfaisantes.

Et Frédérique Ries de souligner: “le glyphosate et ses co-formulants sont non seulement classés “cancérogènes probables” par l’OMS, mais également des substances toxiques pour la reproduction. Et lorsqu’on sait avec quelle désinvolture coupable la Commission européenne s’est occupée ces 10 dernières années du dossier des perturbateurs endocriniens, avec une condamnation à la clé de la Cour européenne de justice, les députés européens ont eu de bonnes raisons de rester vigilants ce midi”.

Contact: Patrice Audibert- tél: +322.284.75.49 ou +324.97.23.83.47