Frédérique Ries







Cigarette électronique: les autorités belges reconnaissent enfin son utilité pour arrêter de fumer.

10/23/2015

C’est une révolution à laquelle on a assisté avec l’avis positif qui vient d’être rendu par les 40 membres du Conseil Supérieur de la Santé . Une volte-face, un virage à 180 degrés par rapport à l’avis remis par cette même autorité le 4 décembre 2013.

Le CSS reconnaît dorénavant que “les e-cig sont considérablement moins toxiques que le tabac” et qu'”elles peuvent être un outil efficace pour arrêter de fumer”. Des conclusions scientifiques qui laissent augurer un avenir meilleur pour la communauté de vapoteurs en Belgique, qui, si cet avis est suivi d’effets, pourront prochainement s’approvisionner dans différents points de vente spécialisés et non plus exclusivement en pharmacie comme le prévoit la législation belge actuelle. 

De plus en plus de fumeurs se tournent vers la cigarette électronique

  

• En Belgique, 135.000 vapoteurs sont des utilisateurs réguliers. Un chiffre qui peut paraître assez limité si on le compare aux 6 millions d’Européens qui ont déjà été sevrés du tabac grâce à la cigarette électronique.
tabac_L1

• Un chiffre qui ne peut que progresser et qui prend tout son sens quand on sait que 18.600 citoyens belges décèdent en moyenne chaque année du tabagisme.

 • Près de 14% des européens fumeurs ont réussi à se sevrer totalement grâce à la cigarette électronique, ce qui n’est pas un mince exploit alors que ce produit est commercialisé en Europe depuis seulement 5 ans. Ces chiffres encourageants, qui montrent que l’e-cig deviendra certainement à l’avenir une méthode de sevrage commune, proviennent de l’eurobaromètre publié fin mai 2015 dans le cadre de la journée sans tabac.

 
• Les exemples de l’efficacité de la cigaretteélectronique dans les différents États membres ne manquent pas: en France, grâce à l’e-cig, les ventes de tabac ont reculé de 6,2 % en 2013-2014. Au Royaume-Uni, les ventes de ces dispositifs ont progressé l’an passé de 49,5%. Dans le même temps les substituts nicotiniques classiques comme les patchs et les gommes ont vu leurs ventes baisser de 6,1% en 2014.

Frédérique Ries, a été le rapporteur pour les libéraux européens sur la directive 2014/40/UE visant les produits du tabac. Sans elle, Commission et États membres auraient ni plus ni moins assimilé ce produit à un médicament, et compliqué considérablement son accès pour les utilisateurs.

 

L’amendement 170, adopté à une très large majorité en octobre 2013, sortait l’e-cig de la prison et mettait en évidence l’utilité de ce dispositif dans la lutte contre le tabagisme. Cette victoire a été en partie confirmée dans la législation finalement adoptée: la cigarette électronique ne sera pas placée au rayon médicament. En revanche, la latitude laissée aux États membres pour légiférer “à la carte” sur l’e-cig, laisse un goût amer.

 

Enfin, les experts belges lui donnent raison, se mettent sur sa ligne, celle qu’elle a défendue pour les vapoteurs et les fumeurs en phase de conversion.

“C’est rassurant de voir ce combat politique que je mène depuis trois ans au niveau européen en faveur des millions d’utilisateurs de la cigarette électronique, trouver un prolongement au niveau belge et être confirmé par l’autorité de référence en Belgique”, se réjouit Frédérique Ries.

 

Elle souhaite maintenant que Maggie De Block, contrairement à la Ministre de la santé précédente, s’appuie sur cet avis du CSS pour mettre enfin en place une politique favorable aux utilisateurs d’e-cig et plus largement à tous les fumeurs qui veulent arrêter”.

L’e-cigarette doit rester un produit destiné au fumeur adulte

 

Il est tout aussi essentiel d’assurer une diffusion balisée de la cigarette électronique, qui doit rester un outil de sevrage tabagique et en aucun cas devenir un produit d’appel pour les mineurs.

Pour Frédérique Ries: “ce combat-là reste à mener contre certains fabricants de cigarettes électroniques, peu scrupuleux, qui visent en priorité nos jeunes”.

Dans ce cadre, et en prévision de la nouvelle réglementation sur la vente d’e-cig en Belgique prévue pour la fin 2015, elle appuie les propositions plus précises du CSS pour:

• évaluer la non toxicité des arômes et colorants présents dans les e-cig,

• appliquer strictement la directive européenne: libération constante des doses de nicotine, solidité des recharges et des cigarettes électroniques jetables afin d’éviter toute fuite de nicotine.

 

 

Contact:

 

Patrice Audibert
Assistant parlementaire de Frédérique Ries
02.284.75.49