Frédérique Ries







Le Parlement européen fait la chasse au gaspillage alimentaire

05/16/2017

88 millions de tonnes d’aliments comestibles, c’est ce que gaspille chaque année l’Union européenne. Inacceptable pour le Parlement européen qui a adopté ce midi une feuille de route pour réduire ce chiffre de moitié d’ici à 2030.

La Belgique est sur le podium des mauvais élèves, avec le double de la moyenne européenne du gaspillage alimentaire par personne. C’est aussi le deuxième pays le plus densément peuplé d’Europe, ce qui pourrait expliquer que certains travers des pays industrialisés y aient trouvé un terreau si fertile pour se développer. Course à la fraîcheur, critères esthétiques et normes de calibrage trop restrictives, situation d’abondance qui pousse à acheter plus que nécessaire (les fameuses offres « 2+1 gratuit »), autant de mauvaises habitudes à combattre pour réduire le gaspillage. De quoi mettre les bouchées doubles.

frederique-ries-mariee-femme-politique-parlement-europeen-gaspillage-alimentaire-food-wasteFixer un objectif de réduction juridiquement contraignant, sensibiliser à la différence entre une date limite de consommation optimale – après laquelle le produit est encore consommable – et une date limite de consommation, supprimer certaines dates pour des produits qui ne constituent aucun risque pour la santé, ou encore modifier les règles sur la TVA pour autoriser les exonérations fiscales sur les dons alimentaires, autant de demandes contenues dans le rapport du Parlement.

Et un message, adopter une approche globale pour réduire drastiquement le gaspillage, du producteur au consommateur. Les ménages et le secteur de la transformation alimentaire génèrent à eux seuls près des trois quarts des pertes en Europe, à respectivement 53% et 19%. Le reste est attribué aux services de restauration (12%), à la production primaire (11%), et à la vente de détail et de gros (5%). En bref, des améliorations sont possibles sur toute la chaîne des aliments.

Le gaspillage alimentaire en Europe, c’est 261 millions de tonnes de ressources et 170 millions de tonnes de Co2 utilisées pour rien. Un coût écologique, mais également un gâchis immoral quand on pense aux difficultés de nourrir une population mondiale qui pourrait atteindre 9,6 milliards de personnes d’ici à 2050.

Pour la députée européenne MR Frédérique Ries, « Une cinquantaine de textes européens impactent aujourd’hui de près ou de loin le gaspillage alimentaire mais il manque une chose fondamentale, une véritable stratégie de l’Union européenne. »

Elle poursuit, « Meilleure gestion des rebuts de la production alimentaire, du stockage des aliments ou de leurs emballages, il y a un véritable potentiel d’innovation et de créations d’emplois dans ce domaine, c’est aussi le sens du vote du Parlement européen ce midi ».


Contact:

Allan Sam
Assistant parlementaire de Frédérique Ries
02.284.75.49

 

Facebook

Twitter

Article1

Article2

 



Partagez !
Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on TumblrPin on PinterestShare on Reddit