Frédérique Ries







Enseignements du Dieselgate, suite et pas fin: quand les Britanniques font basculer le vote

04/07/2017

Sans l’opposition massive des députés britanniques, le Parlement européen aurait exigé cette semaine l’installation d’une Agence de surveillance des véhicules.

Le vote a été serré, très serré: 333 pour, 347 contre et 9 abstentions. Oui mais voilà, à y regarder de plus près, les quatorze voix décisives ont dit « non » avec un accent so British. Des 63 députés britanniques présents sur les 73, 23 ont voté pour et 39 contre, avec une abstention. Si on retire les voix des sujets de Sa Majesté, l’issue du vote aurait donc été toute autre, avec 310 voix contre 308. L’épaisseur d’une feuille de thé noir, mais des conséquences lourdes.

Les Polonais auraient également pu inverser la tendance. Ils sont 45 sur 51 à avoir voté contre le gendarme européen. Peu surprenant si on pense à leur industrie automobile en plein essor et au gouvernement actuel de Varsovie, toujours prompt à jouer la carte du nationalisme.

frederique-ries-mariee-femme-politique-dieselgate-emis-volkswagen-britanniques-votewatchSimplification des législations sur la qualité de l’air, surveillance plus stricte, droits de recours collectif et compensation financière pour les acheteurs lésés, autant d’autres propositions, adoptées elles, qui accompagnaient la création d’une Agence européenne de surveillance indépendante parmi les recommandations du rapport de la commission d’enquête sur le « Dieselgate », le scandale du groupe Volkswagen. Ce dernier avait reconnu en septembre 2015 avoir équipé certains de ses moteurs diesel d’un logiciel truqué capable de modifier le comportement du moteur lors des tests d’homologation, et donc fausser les résultats.

Après douze mois d’enquête et quarante-sept auditions, les députés-enquêteurs ont livré un jugement sans appel sur les trucages de Volkswagen et les mauvais choix politiques des États membres, qui ont préféré éviter d’imposer des charges supplémentaires aux entreprises après la crise de 2008, aux dépens de la santé des citoyens et de la qualité de l’air. La commission d’enquête tacle rudement aussi la Commission qui selon elle savait parfaitement, et depuis plus de 10 ans, que les émissions des véhicules observées en laboratoire différaient fortement des émissions réelles et n’a pas pris les mesures appropriées.

Pour Frédérique Ries, Députée européenne MR, « Le vote Jaguar/Range Rover a été décisif dans ce rejet d’une autorité indépendante de surveillance des véhicules et c’est regrettable. Le rapport de la commission d’enquête est très clair : Volkswagen, les autorités de contrôle nationales, la Commission européenne, tous ont du cambouis sur les mains dans cette affaire, et seul un gendarme indépendant pourrait prévenir un nouveau Dieselgate. » Elle conclut : « Que les Britanniques manquent d’ambition européenne alors qu’ils préparent leur sortie, ce n’est pas étonnant, mais qu’ils empêchent le reste de l’Europe d’avancer, cela relève d’un sérieux manque de fair play. »

 

Lire l’article sur facebook

 

Contact:

Allan Sam
Assistant parlementaire de Frédérique Ries
02.284.75.49



Partagez !
Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on TumblrPin on PinterestShare on Reddit